Quelles structures d’hébergement et d’éducation pour un enfant handicapé ?

Centres et services pour enfants handicapés

Dépistage et prévention pour enfants handicapés : les CAMSP

 

Créés
en avril 1976, les Centres d’Actions Médico-Sociales Précoces (CAMSP) 
sont destinés à prendre en charge les enfants handicapés dès leur
naissance jusqu’à l’âge de 6 ans.
 
Quelles sont les missions des CAMSP ?

 

Les
Centres d’Actions Médico-Sociale Précoces (CAMSP) ont pour objet le
dépistage, la cure ambulatoire et la rééducation des enfants des
premiers et deuxièmes âges qui présentent des déficits sensoriels,
moteurs ou mentaux, en vue d’une adaptation sociale et éducative dans
leur milieu matériel et avec la participation de celui-ci. Ils exercent
des actions préventives spécialisées.

Le dépistage et les
traitements sont effectués et la rééducation mise en œuvre, sans
hospitalisation, par une équipe composée de médecins spécialisés, de
rééducateurs, d’auxiliaires médicaux, de psychologues, de personnel
d’éducation précoce, d’assistants sociaux, et en tant que de besoin,
d’autres techniciens.

Les actions préventives spécialisées
sont assurées par des équipes itinérantes, unis ou pluridisciplinaires,
dans les consultations spécialisées et les établissements de protection
infantile, ainsi que, le cas échéant, dans les établissements
d’éducation préscolaire.
 
Une forte implication de l’enfant et des familles

 

La
loi créant les CAMSP insiste en préalable sur la reconnaissance de la
citoyenneté des personnes mêmes les plus handicapées. Cette affirmation
implique de la part des personnels spécialisés  le respect absolu de la
personne physique et psychologique,  la recherche systématique de sa
participation dans la mise en œuvre des soins et assistance par la
concertation et la mise en œuvre d’examens et d’investigations en
proportion du problème apporté par le sujet.
 
L’organisation des CAMSP

 

Les
Centres d’Actions Médico-Sociale Précoces (CAMSP) peuvent opérer dans
les locaux d’une consultation hospitalière, d’une consultation de
protection maternelle et infantile, d’un dispensaire d’hygiène mentale,
d’un centre médico-psycho-pédagogique ou d’un établissement habilité à
recevoir des enfants d’âge préscolaire atteints de handicaps sensoriels,
moteurs ou mentaux.

Ces centres ont la possibilité d’ être
spécialisés ou polyvalents avec des actions spécialisées. Le bilan et
les investigations complémentaires éventuellement nécessaires,
l’établissement du diagnostic, le contrôle  et la mise à jour des
traitements sont généralement effectués par les services hospitaliers
généraux ou spécialisés avec lesquels des conventions seront
obligatoirement établies.

Centres et services pour enfants handicapés – Conseils

Quelles structures d’hébergement et d’éducation pour un enfant handicapé ?

Différents
types de structures de prise en charge des enfants handicapés existent
en fonction de la nature de leurs troubles comportementaux ou
psychotiques, ou bien de leurs déficiences intellectuelles.
 

Accueil des enfants souffrant de troubles comportementaux : les ITEP

 

Les
Instituts Thérapeutiques, Educatifs et Pédagogiques (ITEP) sont des
établissements médico-éducatifs qui ont pour vocation d’accueillir des
enfants ou des adolescents présentant des troubles du comportement
importants, sans pathologie psychotique ni déficience intellectuelle.

 

Ce
sont les anciens Instituts de Rééducation (IR), ou Instituts de
Rééducation Psychothérapeutique (IRP), réformés par le décret n° 2005-11
du 6 janvier 2005. L’accueil se fait en internat ou demi-pension.
L’enseignement est dispensé soit dans l’établissement par des
enseignants spécialisés, soit en intégration dans des classes,
ordinaires ou spécialisées, d’établissements scolaires proches.

Les
jeunes relevant d’ITEP se trouvent, malgré des potentialités
intellectuelles préservées, engagés dans un processus handicapant
pouvant compromettre à terme leur participation sociale. Pour enrayer ce
phénomène, un accompagnement personnalisé contribue à restaurer les
compétences et potentialités des jeunes concernés, à rétablir leurs
liens avec l’environnement. Cette approche interdisciplinaire à visée
soignante, avec personnalisation des propositions d’intervention,
constitue une des principales spécificités des ITEP.

L’orientation
vers un ITEP se fait par décision de la Commission des droits et de
l’autonomie des personnes handicapées (C.D.A.P.H) du département de
résidence.

 
Accueil des enfants affectés de troubles pédopsychiatriques : les CMPP

 

Structures
de soins aux frontières du Médico-Social et de la Psychiatrie, les
Centres Médico-Psycho-Pédagogiques (CMPP) sont régis par le code de la
Santé Publique et par l’Annexe XXXII du décret du 9 mars 1956.

 

Ils
s’adressent aux enfants et adolescents présentant des difficultés
d’adaptation, des troubles psychomoteurs, des troubles du comportement,
se révélant le plus souvent dans l’environnement scolaire. La prise en
charge est mise en oeuvre par une équipe pluridisciplinaire se composant
de médecins psychiatres et pédiatres, de psychologues,
d’orthophonistes, de psychomotriciens, d’assistantes sociales et de
personnels de l’Education Nationale, le plus souvent maîtres chargés de
rééducation et psychologues scolaires.

Au nombre de 305
Centres environ, avec parfois des antennes, ils constituent un maillage
important alliant à la fois souplesse et savoir-faire en accueillant
annuellement plus de 100 000 enfants et adolescents.

 
Accueil des enfants souffrant d’un handicap mental : les IME

 

Les
Instituts Médico-Educatifs (IME) sont des établissements
médico-sociaux. Ils sont agréés pour dispenser une éducation et un
enseignement spécialisés pour des enfants et adolescents atteints de
déficience à prédominance intellectuelle.

 

Les tranches
d’âges varient selon les établissements. Les Instituts Médico-Educatifs
(IME) sont spécialisés pour accueillir les enfants de 6 à 14 ans et les
Instituts Médico-Professionnels (IMPRO) reçoivent les adolescents
jusqu’à l’âge de 20 ans.

Le mode d’hébergement est généralement l’internat mais les formules en demi-pension se développement de plus en plus.
Les
Instituts Médico-Educatifs (IME) sont financés par la sécurité sociale.
L’orientation vers ces établissements médico-sociaux est proposée par
la CDAPH de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

Services pour enfants handicapés : Aides et Conseils

Quelles sont les structures d’intégration scolaire pour enfants handicapés ?

 
L’intégration en milieu scolaire des enfants handicapés : les SESSAD

 

Les SESSAD
(Service d’Éducation Spéciale et de Soins à Domicile) sont devenus,
dans le secteur médico-éducatif, la structure privilégiée de l’aide à
l’intégration scolaire.

L’Education Nationale a obligation
d’ouvrir des classes ou même des écoles dans les établissements
spécialisés, IME (Institut médico-éducatif) ou ITEP (Instituts
Thérapeutiques, Educatifs et Pédagogiques).

 

Ce
fonctionnement répond à un droit légitime des enfants handicapés, mais
on peut concevoir également que ce soient les personnels du secteur
médico-éducatif qui viennent travailler dans ou avec une école, auprès
d’un enfant en intégration scolaire. C’est précisément la vocation d’un
SESSAD.

On constate que tant que l’enfant n’est pas scolarisé,
le SESSAD le rencontre le plus souvent au domicile familial et/ou dans
ses propres locaux. A partir du moment où l’enfant est scolarisé, le
SESSAD intervient de préférence à l’école mais il peut aussi accompagner
l’enfant dans certaines activités telles que le sport, les loisirs,
etc.

La procédure d’affectation en SESSAD est identique à la
procédure d’affectation en établissement spécialisé. Ce sont les parents
qui doivent en faire la demande auprès de la MDPH. Et c’est la CDAPH
qui prononce l’orientation en SESSAD, dans le cadre du Projet
Personnalisé de Scolarisation PPS.

Les structures scolaires d’accueil des enfants souffrant d’un handicap mental ou physique

 

La scolarisation des enfants handicapés s’appuie également sur des dispositifs spécialisés, notamment les :
 
CLIS (Classes
d’Intégration Scolaire), ces classes spécialisées sont implantées dans
des écoles élémentaires ou primaires ordinaires. Celles de type 1
accueillent des enfants porteurs de handicap mental, celles de type 2
accueillent des enfants porteurs de handicap auditif, celles de type 3
prennent en charge les enfants souffrant de troubles visuels.

 

UPI (Unités
Pédagogiques d’Intégration) : elles permettent au sein du collège ou du
lycée, l’accueil de jeunes adolescents présentant un handicap mental
avéré mais en mesure de poursuivre des acquisitions scolaires selon leur
rythme .

 

Accueil temporaire des enfants handicapés

 

Il
vise à développer ou à maintenir l’autonomie des enfants handicapés et à
faciliter ou à préserver leur intégration sociale. En principe,
l’accueil temporaire peut être mis en œuvre dans tous  les
établissements d’enseignement et d’éducation spéciale pour enfants et
adolescents ou dans les établissements exclusivement consacrés à
l’accueil temporaire.
 

Comment être admis dans un centre d’accueil temporaire ?

 

L’admission
est prononcée par le directeur de l’établissement après décision de la
commission départementale des droits et de l’autonomie des personnes
handicapées (CDAPH).En cas d’urgence et à titre dérogatoire, le
directeur peut prononcer l’admission directe d’une personne handicapée
présentant un taux d’incapacité au moins égal à 80 %, pour des séjours
inférieurs à 8 jours pour les enfants.

 
Quelle est la durée de l’accueil temporaire ?

 

L’accueil
temporaire est organisé pour une durée limitée au maximum à 90 jours
par an, à temps complet ou partiel, avec ou sans hébergement, y compris
en accueil de jour. Il peut être organisé en mode séquentiel, c’est à
dire par périodes programmées sur l’année.

 
Quel est le prix d’un accueil temporaire ?

 

La
prise en charge des frais d’accueil temporaire est totale dans les
établissements médico-sociaux pour enfants et adolescents handicapés.

CATEGORIE : vivre-avec